Logo Hub Rural
Changement climatique & Sécurité alimentaire
Accueil > Actualités

L'UE alloue € 102 millions à l'agriculture au Ghana et l'invite à davantage transformer

Le Ghana et l’Union européenne, dans le cadre 11ème Fonds européen de développement (FED), ont signé hier quatre accords financiers totalisant € 175 millions pour contribuer au développement économique du pays.

Sur ces € 175 millions, € 102 millions sont destinés précisément au développement agricole dans la zone écologique de savane dans le cadre du projet intitulé "Productive Investment in Infrastructure for Agriculture Development in the Savannah Ecological Zones". Les € 73 autres millions comprennent € 45 millions pour soutenir le programme de décentralisation, € 20 millions pour renforcer les programmes de sensibilisation aux changements climatiques et € 8 millions pour le programme de gestion financière publique dans le cadre de la mise en place de l’accord de partenariat économique (APE) signé et ratifié par le Ghana et l’UE en août et décembre 2016.

Notons que ces accords signés hier s’inscrivent dans le cadre du Programme indicatif national du Ghana qui liste les principaux axes de soutien de l’UE au développement du Ghana sur la période 2014-2020 dans le cadre du 11ème FED. La somme globale allouée au Ghana sur cette période est de € 323 millions, dont € 160 millions pour ces zones de savane, € 75 millions allant à la gouvernance et € 75 millions à l’emploi et la protection sociale.
"Transformez" !

S’entretenant avec la presse jeudi dernier, l’ambassadeur de l’UE au Ghana William Hanna a vivement invité le pays à accroître ses exportations de produits à valeur ajoutée afin de bénéficier de tarifs moins élevés à l’entrée du marché européen, rapporte Euclid Infotech. A cette occasion, l’ambassadeur a souligné comme étant fausse l’idée selon laquelle des produits transformés seraient davantage imposés à l’entrée sur le marché européen dans le cadre de l’APE. Soulignant que le Ghana comme la Côte d’Ivoire avaient signé un APE, il a invité les autorités à faire les bons choix en matière d’investissements afin de pouvoir tirer le maximum de bénéfices de ces accords, notamment au regard de l’importance et du dynamisme des secteurs agricoles dans ces deux pays.

Depuis 2008, a précisé William Hanna, le Ghana et la Côte d’Ivoire bénéficient d’un accès libre de quotas, précisant que les exportations de produits dérivés du cacao comme le chocolat, le beurre de cacao ou encore la poudre de cacao avaient été multipliées par 4,5 fois pour le Ghana et 2,5 fois pour la Côte d’Ivoire ces 8 dernières années.

Source :Commodafrica

Crédits: AK-Project